Passeurs d'images


Présentation

Passeurs d’images rassemble ses publics autour d’actions territoriales qui privilégient la participation active des populations, l’articulation entre le « voir » et le « faire », entre diffusion et pratique, et qui évoluent au fil des innovations technologiques.

Nos Publics

Le territoire concerné par le RECIT correspond aux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Les premiers publics ciblés par Passeurs d’images sont les jeunes de moins de 25 ans, résidant dans les zones prioritaires (voir la liste des QPV par département dans la barre latérale).
Afin de réduire la fracture culturelle et dans une démarche d’éducation populaire, Passeurs d’Images s’adresse à tous les publics ayant des difficultés d’accès à certaines pratiques cinématographiques. Sont donc concernées toutes les structures en relation avec des personnes en situation d’exclusion sociale et/ou culturelle, ainsi que ceux éloignés géographiquement des équipements culturels.
(professionnels des champs culturels, socio-culturels, médico-social, sanitaire et judiciaire)

Nos objectifs :

  • Éduquer à l’image
  • Construire des projets adaptés à un territoire spécifique
  • Qualifier les actions
  • Apprendre en s’amusant
  • Créer du lien social

Différentes possibilités d’action :

  • Ateliers de médiation (ciné-débats / découverte d’une pratique / sortie cinéma / parcours de cinéma en festival)
  • Ateliers de pratiques artistiques (courts-métrages documentaires, de fiction ou d’animation / arts visuels innovants / ateliers de programmation avec éventuelle diffusion en salle ou séance en plein air).

Mode d’emploi :

  • Pour bénéficier du soutien Passeurs d’Images, il faut répondre à l’appel à projet proposé deux fois par an. Pour ce faire, la rédaction du dossier doit être collaborative entre une structure porteuse du projet (qui désigne en son sein un.e référent.e), et un.e ou plusieurs artistes intervenant.e.s.

    (Il peut être bénéfique de s’engager dans un partenariat avec une salle de cinéma ou une structure culturelle afin de restituer dans les meilleurs conditions le travail mené par les participants dans le cadre d’une projection ou d’une exposition par exemple)


  • Afin de monter au mieux votre dossier, il est important de communiquer avec le coordinateur le plus tôt possible (voir les coordonnées dans la barre latérale).

  • Une fois le dossier rédigé et réceptionné par le coordinateur, il est présenté à un comité de pilotage environ trois mois après l’ouverture de l’appel à projet. Le comité qui statut sur les montants des aides financières est composé de représentants des conseils départementaux, de la Région, de la DRAC, du CNC, de la Ville et de l’eurométropole, ainsi que de l’association Tôt ou t’Art et d’une artiste.

  • L’issue de ce comité de pilotage est communiquée à chaque porteur de projet via un envoi postal. Dès lors, si la réponse est positive, le projet peut commencer.

  • Le coordinateur est susceptible de visiter les ateliers en cours, afin de s’assurer de la bonne tenue de ceux-ci, et pour pouvoir assurer la continuité des missions de communication, et de mise en relation avec des partenaires fructueux si besoin.

  • Au cours des ateliers l’artiste intervenant.e doit rédiger un journal de bord, qui rend compte des avancées du projet séance par séance. Une fois le projet terminé, la structure qui l’a porté doit rédiger un bilan de l’action menée après réception et lecture du journal de bord. Le cas échéant, le.s film.s produit.s en atelier devront faire figurer au générique les logos partenaires. Les participants doivent céder leur droit à l’image, avec accord parental pour les mineurs. Ces documents sont téléchargeables grâce aux liens dans la barre latérale.
    C’est à la réception de ces trois documents (bilan / journal de bord / film par wetransfer.com) que le RECIT pourra recevoir une facture de la structure porteuse de projet réclamant le montant de l’aide financière accordée.
    L’aide financière étant versée après la fin des ateliers, la rémunération du/des artistes intervenant.e.s est à la charge des structures : un accord doit être trouvé entre eux au préalable. (la rémunération d’un.e artiste intervenant.e se situe autour de 50€/h)